3 : ALLONGEMENT (2 FEMURS), FEMME, 30 ANS, 1.53 m, +70 mm

J'ai 30 ans, j'ai été opérée en 2006 d'un allongement osseux par le docteur Guichet. Quelques mois plus tôt, j'étais tombée par hasard sur une émission de télévision qui traitait de l'allongement osseux en Chine. L'émission était assez peu rassurante car les personnes opérées avaient des sortes de cages de fer entourant leurs jambes. Un appareillage aux allures de machine de torture pas rassurant du tout! Pourtant, j'ai été fascinée car, pour la première fois, j'apprenais qu'il était possible de faire grandir chirurgicalement des personnes! Je n'avais jamais imaginé qu'une telle chose serait possible un jour!

Aussi, j'ai aussitôt recherché des informations sur Internet. Je m'étais dit qu'il fallait sans doute attendre quelques années que la technique arrive en France et qu'elle soit si possible améliorée. En effet, les patients (le plus souvent des patientes) que j'avais vu dans l'émission semblaient beaucoup souffrir. Et surtout, ils étaient nombreux à subir des dégâts importants, se retrouvant avec des jambes arquées, déformées. Pour moi, une chose était certaine: il était hors de question de prendre de tels risques même si mon envie de grandir était immense! C'est pourquoi, j'ai été stupéfaite en effectuant mes recherches de découvrir que non seulement il existait une technique beaucoup moins risquée et qui plus est, pratiquée par un chirurgien orthopédique français!

J'ai passé des heures à «écumer» littéralement le net en lisant et relisant toutes les informations possibles sur la méthode Albizzia. J'ai compris qu'il s'agissait non pas d'un appareillage énorme entravant les os des jambes et muni de vis sortant des os qu'il faut tourner dans un sens ou dans un autre 4 fois par jour avec tous les risques évidents d'infection! Non, il s'agissait là d'un clou interne, dont le mécanisme s'enclenche uniquement en pivotant les jambes d'un côté et de l'autre. J'ai tellement lu le site du docteur Guichet que je l'ai quasiment appris par coeur! Puis, j'ai décroché mon téléphone et pris rendez-vous. Arrivée dans le cabinet du docteur Guichet, ce dernier m'a expliqué longuement l'opération elle même, son coût et les risques qu'elle comporte. Il m'a aussi examinée et m'a dit que dans les meilleurs des cas, je pouvais espérer prendre les 7 cm dont je rêvais. Mais qu'une préparation physique intense devait être entreprise. Le programme de musculation est prévu afin de muscler le plus possible les cuisses. En effet, ces muscles fondent jusqu'à perdre la moitié de leur force après l'intervention! D'où la nécessité de se muscler en prévision de cette fonte musculaire, afin de faciliter le plus possible la reprise normale de la marche. J'ai aussi consulté un psychiatre pour qu'il s'assure que j'étais bien consciente de mon choix et dans un état psychologique adéquat.

Durant les deux mois qui ont suivi l'intervention, je suis restée sur place, louant un petit studio équipé. Les jours suivant immédiatement l'intervention, j'ai eu des douleurs modérées ressemblant à des élancements, des tiraillements musculaires. J'ai aussi perdu un peu l'appétit, sans doute du fait des médicaments. De ce fait, ajouté à la «fabrication» de l'os qui j'imagine consomme beaucoup d'énergie (comme un adolescent en période de croissance, mais en beaucoup plus vite) j'ai beaucoup maigri, mais sans excès car j'étais un peu forte. Par la suite, j'ai peu à peu repris la marche, d'abord quelques mois avec des béquilles, puis normalement.

Je dois préciser que je me suis remise complètement de l'intervention.
Presque deux ans après l'intervention, mes clous m'ont été retirés. Ensuite, j'ai repris les béquilles, peut-être deux ou trois semaines. Et depuis, je revis! Le coût très élevé a nécessité pour moi d'importants sacrifices financiers, c'est la plus importante dépense que j'ai faîte de toute ma vie mais je ne regrette rien! Je n'avais pas espéré être «grande» à proprement parler mais je voulais ne plus être très petite, je voulais être de taille moyenne, je voulais avoir une silhouette plus conforme à mon «image corporelle». C'est désormais chose faîte. Le plus fort c'est que je n'éprouve même plus le besoin de mettre des talons, c'est bien la preuve que plus que les centimètres, c'est l'allure générale, l'image corporelle que je voulais modifier. Je suis passée de 1m53 à 1m60. J'ai la même taille que la plupart des femmes qui m'entourent. Petite, j'avais beaucoup souffert de sarcasmes et de moqueries sur ma taille. Des personnes qui ont un complexe physique comme une absence de poitrine pour une femme ou de cheveux pour un homme font appel à la chirurgie esthétique. L'une de mes amie s'est fait retendre la peau de son ventre tombant après une grossesse, une opération risquée et pourtant bien admise socialement. Pourquoi n'en serait-il pas autant pour la taille?

Personnellement, ma santé compte plus que tout. Si j'ai fait cette opération, c'est en mesurant très soigneusement les risques et en prenant soin de choisir un chirurgien parfaitement connaisseur de cette technique et après avoir rendu visite aux autres patients opérés par lui. La liberté d'une personne à disposer de son corps en toute conscience et connaissance de ce qu'elle fait est à mes yeux primordiale. Je me sens enfin bien dans ma peau. La meilleure preuve en est que j'ai complètement oublié l'opération! Et les personnes à qui je me confie aujourd'hui à ce sujet (et qui ne m'ont pas connues avant) sont sidérées de l'apprendre!